Une expérience troublante a permis d’enregistrer l’activité électrique du cerveau humain au moment précis où celui passe de vie à trépas. Cet article montre le processus de une vague électrique qui conduit à la mort irréversible du cerveau.

Une étude dans laquelle des neuroscientifiques ont pu enregistrer au plus près l’activité cérébrale chez neuf patients en train de mourir. Les chercheurs ont observé qu’après l’arrêt cardio-respiratoire, sans réanimation, les neurones se mettent d’abord en veille pendant 2 à 5 minutes. A ce moment, l’électroencéphalogramme (EEG) est plat, incapable de détecter une activité cérébrale à travers la boîte crânienne. Mais l’électrocorticographie utilisée dans l’étude consiste à placer des électrodes non pas sur le crâne mais au contact du cerveau, de façon à mesurer l’activité électrique de très basse fréquence. C’est ainsi que l’équipe de Jens Dreier, neurologue à l’hôpital de La Charité à Berlin (Allemagne), a pu enregistrer le comportement des neurones lorsqu’ils sont privés du sang oxygéné qui leur fourni l’énergie nécessaire, puis la façon dont ces cellules nerveuses vont soudainement décompenser une fois leur réserve d’énergie épuisée : c’est la vague de dépolarisation, sorte d’ultime sursaut des neurones avant leur destruction irrémédiable.
La mort des neurones
Pour se faire une idée plus précise de ce qui se passe à ce moment précis, le Pr Jens Dreier a accepté de partager une vidéo qui donne un exemple de la façon dont se propage cette vagu de dépolarisation. “Elle a été réalisée sur un échantillon du néocortex humain prélevé lors d’une chirurgie consistant à prélever du tissu cérébral chez un patient épileptique”, précise Jens Dreier.

Concrètement, après 2 à 5 minutes sans apport sanguin, un ou plusieurs neurones auront épuisé leur réserve énergétique. C’est là qu’ils dépolarisent en relâchant leurs ions potassium et leur réserve de glutamate, l’un des neurotransmetteurs les plus importants. Cette ultime décharge va entraîner une réaction en chaîne auprès des neurones voisins qui a leur tour dépolarisent. De proche en proche, les neurones s’illuminent une dernière fois avant de mourrir, emportés par une sorte de vague électrique fatale qui peut durer plus d’une heure.

Cette étude peut être les prémices d’études pour se rapprocher des processus et protocoles respectés par les Anciens Égyptiens dans leurs croyance au passage dans le monde des Dieux.
Celles-ci sont parallèles aux origines du Catholicisme dans le principe de Purgatoire de l’ancien testament et développé par J+C et ses disciples.
Les exemples relatés dans les EMI du tunnel blanc dans une lumière éclatante peuvent être expliqués par ce processus.

Acide_glutamique glutamate
Ion_potassium

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *