Pour ouvrir des rues, les élargir ou les aligner, faire passer des voies ferrées ou en augmenter le nombre, des opérations d’expropriations sont parfois nécessaires.
Ce fut le cas très souvent à Paris, sous le Second Empire avec le Baron Haussmann, puis entre 1896 et 1906.
La Ville, comme elle l’avait fait 30 ans auparavant avec Charles Marville, avait alors demandé à l’Union photographique française de prendre des clichés de ces immeubles qui allaient être démolis, et qui bien souvent n’avaient rien d’insalubres.
Voici une série de photos, qui laissent souvent voir les habitants avant leur expulsion.
Étonnement, ils sourient souvent. 

Ces photographies sont la mémoire de la vie d’habitants avec leurs habitats, leur rues, leur travail, leurs outils, la vie des gosses qui n’avaient comme terrain de jeux que la rue.

rue des Rasselins
72-74 rue Traversière (12e)
41 rue du Poteau (18e)
50 rue Fondary (15e) et Casino de Grenelle, angle rue du Commerce, 1905
Rue des Bluets, vers l’avenue de la République
121 rue de Belleville (19e)
Le début de la rue Duméril, 13e
31 rue du Cherche-Midi (6e)
71 rue de Vouillé (15e)
28 rue Vercingétorix (14e), angle de le rue du Moulin-de-Beurre, 1906
Rue des Portes Blanches
76-78 rue des Maraîchers (20e)
39 quai de Javel (15e), 1904
112 rue d’Alésia, et rue des Plantes (14e)
Rue des Bluets, depuis le boulevard de Ménilmontant
58 rue de Lourmel (15e), 1905
La rue Le Bua, et la rue des Montiboeufs
48 rue Violet (15e), 1904

109 rue Cardinet (17e), 1898
59 rue Vaneau (7e)
159 rue de Belleville (19e)
62 rue de Lourmel (15e), 1905
228 rue de Vanves (14e), 1906
130 boulevard de la Villette (19e)
126 rue de Ménilmontant (20e), 1898
100 boulevard de Courcelles, et 79 rue de Courcelles (17e)
66 rue Vaneau (7e)
45 rue des Entrepreneurs (15e)
rue de la Bûcherie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *